200505_AttentionQuoi

Et l’âpre « Eh »…

Semaine 7, siècle 22 ?

Eh !! Réveillons-vous ! 7e semaine de confinement.
Un âpre « Eh », une gueule de bois même. Oserais-je un « un amer Hic » ?

Le 11 septembre 2001 ouvrait la porte au 21e siècle. Coïncidence des évènements, la catastrophe terroriste qui faisait entrer le monde dans un nouveau siècle se calait plutôt bien sur le calendrier. Entre-t-on déjà, 80 ans en avance, dans le 22e siècle ?

Défiance et mesures sanitoritaires ?

Alors que la moitié de l’humanité vit sous une obligation de cloitrement, état d’urgence sanitaire généralisé totalement inédit, les états tentent de gérer la crise chacun à leurs manières, en faisant marches arrières et rebonds impromptus. Nous sommes tous bien conscients que la situation que nous vivons est extrêmement complexe et que la tache est ardue pour les gouvernants, mais les tromperies se suivent, les contradictions incompréhensibles se succèdent. La défiance grandit épisodes après épisodes. Et cette situation qui se présente, inespérée pour mettre en place les mesures sanitoritaires.

Déconfiture

Le déconfinement français s’approche. Le fonctionnement reste difficilement lisible. Que ce soit au sein des établissements scolaires, dans les transports, sur les lieux de travail, que sera-t-il réellement possible et réaliste de mettre en place pour éviter une propagation qui, finalement, sera sans doute inéluctable ? Et pendant qu’une majorité de secteurs d’activités est sommée de reprendre le chemin du labeur, un pan du monde du travail s’apprête à se serrer la ceinture pour un bout de temps : culture et loisirs. Cela va être dur de remonter la pente.

Nos élus sont totalement concernés par la crise, d’une part parce qu’ils doivent mettre en place une gestion de crise adaptée, à toutes les échelles territoriales, mais d’autre part par le fait que leur propre santé n’est pas épargnée. Plusieurs hommes politiques ont été touchés, certains gravement, voir même mortellement. Cela va-t-il changer quelque chose vis à vis des mesures d’ampleur à prendre face à l’impasse sociétale dans laquelle la planète s’est engouffrée ? Le covid est une alerte rouge, « l’ébranlement » avant un effondrement annoncé ?
À l’autre bout de l’échelle, les familles précaires sont encore plus durement touchées. Promiscuité de vie en confinement, accès incertains aux outils numériques notamment pour la « continuité pédagogique », avenir professionnel aléatoire pour la récession que s’annonce.

Résilience svp

Le Covid-19 est la star incontestée des médias. Le monde entier est passé en mode mono-tâche, plus aucune autre actualité. Depuis le début du confinement, les intellectuels produisent une somme inégalée de réflexions sur la situation. Pourquoi en est-on arrivé là et surtout que faut-il retenir pour l’après. Si en effet, les lignes vont bouger fortement avec l’assouplissement de nos mobilibertés, dans quelles directions ?
Nous espérons une prise de conscience encore plus grande des citoyens et gouvernants vers une plus grande résilience de nos sociétés, une relocalisation des activités, marchandes et non marchandes, une redistribution des richesses pour réduire les inégalités. Un monde à taille humaine.
L’indestrualisation a déjà bien avancé, elle a fait son temps. Elle pourrait laisser la place à la ré-génération.

Dans le flots des réflexions et prises de positions, quelques liens intéressants pour voir de côté.

AleX Céalis

Catégories : Actualité